Séisme à Lisbonne le 1er novembre 1755. A 9h30 du matin, le cauchemar commença. Un grondement sourd se fit entendre et la terre se mit à trembler deux fois. Puis une troisième secousse d’une violence redoutable. Tout s’écroula. Les secousses furent ressenties dans toute l’Europe. Une grande partie de la ville de Lisbonne fut engloutie.

 

Lisbonne en feu et tsunami

Le feu se propagea à grande vitesse, aidé par les nombreux cierges allumés dans les maisons en ce jour du 1er novembre. La ville s’embrasa. Les gens se trouvant dans les églises furent ensevelis.

Mais Lisbonne n’avait pas encore fini de voir la nature s’acharner sur elle. Un tsunami produisant des vagues monstrueuses finit par engloutir la ville en détruisant tout sur son passage. Ce fut un désastre qui fit environ 60 mille victimes sur une population de 275 mille habitants.

Un patrimoine culturel englouti

De nombreux monuments, palais, églises, couvents, hôpitaux, et oeuvres d’art furent détruits à jamais. Durant cinq jours, les incendies embrasèrent la capitale. Seul le quartier de l’Alfama a été épargné. Lisbonne fut en partie reconstruite. Le quartier du commerce (Baixa), le plus touché par le séisme, fut réorganisé. Il fut décidé de reconstruire au-dessus des décombres laissés sur place, de façon à surélever le niveau du terrain.

seisme lisbonne 1755

Lisbonne se reconstruit

Les rues sont plus étroites et parallèles, chacune d’entre elles regroupant une activité commerciale. spécifique. Quelques exemples : rua da Prata (rue de l’argent), rua do Ouro (rue de l’or) aujourd’hui appelée rua Aurea, rua dos Sapateiros (rue des cordonniers), rua dos Douradores (rue des doreurs).

Le marquis de Pombal participa étroitement à cette reconstruction et fit élaborer un questionnaire sur les différents effets de ce séisme. Questions et réponses qui firent avancer à grands pas les chercheurs modernes. La magnitude du séisme de 1755 est estimée aujourd’hui entre 8,5 et 9 sur l’échelle de Richter.

Le quartier bas de Lisbonne, la Baixa, est aujourd’hui aussi connu sous le nom de “Baixa Pombalina”. Le quartier du Chiado conserve quant à lui quelques ruines du couvent do Carmo, en partie reconstruites.

Une page d’histoire que Lisbonne s’est appliquée à tourner…

livre