Un village au coeur de Lisbonne : la Vila Berta à Graça

les trésors cachés de lisbonne

A la fin du XIXe siècle, Lisbonne a accueilli de nombreux ouvriers attirés par le développement industriel de la capitale. Il fallut rapidement les loger et des centaines de nouvelles habitations furent construites.

Certaines constructions étaient plus complexes et plus élaborées que d’autres. Ces logements furent regroupés et formèrent des Villages Ouvriers (Vilas Operárias).

La Vila Berta, située dans le quartier Graça, à proximité du belvédère Senhora do Monte, est certainement l’ensemble de villas ouvrières le plus étonnant et le plus remarquable de Lisbonne.

quartier graça

L’histoire de la Vila Berta

Le village a été construit il y a plus d’un siècle. En 1887, Joaquim Francisco Tojal, entrepreneur né au Brésil et fils d’émigrants portugais, eu l’idée d’un projet de construction de logements à Lisbonne.

Il devint propriétaire d’une partie du terrain de la Quinta de Alcaide Fidalgo située à Graça. Il y fit construite sa résidence (s’apparentant à un chalet), ainsi qu’un ensemble de maisons destinées à accueillir les membres de sa famille qui émigrèrent à Lisbonne pour venir travailler dans l’entreprise de construction qu’il avait fondée.

Joaquim Francisco Tojal choisit de donner le nom de sa seule fille à ce nouvel ensemble d’habitations conçu par lui-même, et construit entre 1902 et 1908. C’est ainsi que la Vila Berta (Villa Bertha) est née.

visiter lisbonne

 

Une architecture innovante

L’ensemble de villas ouvrières Vila Berta a été construit suivant un concept original et raffiné, visant à accueillir la petite bourgeoisie.

Le complexe est composé de plusieurs maisons juxtaposées et réparties de chaque côté d’une large rue offrant un grand espace ouvert à la lumière.

Si l’architecte Joaquim Francisco Tojal a voulu donné un petit côté bourgeois à la Vila Berta, on y distingue néanmoins des habitations de tailles et de typologies différentes, liées à la position hiérarchique du destinataire dans l’entreprise.

vila berta

Photo Ognid – Flickr

Les maisons de trois étages, situées sur le côté gauche en remontant vers la Rua do Sol à Graça, sont les plus luxueuses. Elles sont agrémentées de balcons et de terrasses en fer forgé, où viennent se loger des petits jardins.

 

A noter

L’architecture de cette rangée de maisons est plus sophistiquée et dénote un certain confort, notamment la hauteur des étages et leur recul par rapport à la rue. Ces petites villas ont été construites pour accueillir une classe plus aisée.

 

Quand est-il de l’autre côté de la rue ?

quartier historique

Les maisons situées en face sont plus simples. Elles comprennent toutes deux étages et un sous-sol (réservé aux ouvriers). Ici pas de terrasses jardins, seulement un façade agrémentée de pots de fleurs et quelques petits balcons.

Ce bâtiment, également décoré d’azulejos, est malgré tout doté d’un certain charme et reste en harmonie avec l’ensemble du village Vila Berta.

 

Des petits coins d'ombre

Toutes les maisons du village sont équipées d’avant-toits en bois offrant de l’ombre à certaines parties des façades.

Le porche situé sous un bâtiment de quatre étages, donne accès à la Rua do Sol à Graça (entre les numéros 53 et 59). C’est au-dessus de l’entrée de ce porche que l’on peut remarquer un panneau d’azulejos de style Art Nouveau de 1908, mentionnant le nom “Villa Bertha”.

que voir à lisbonne

Vila Berta – Photo Ana Luisa Alvim

La façade de ce bâtiment, dernière construction de la Vila Berta en 1911, est décorée de magnifiques panneaux d’azulejos.

Le village Vila Berta comprend également une deuxième entrée située à l’autre extrémité de la rue intérieure. On peut notamment y remarquer la maison du constructeur Joaquim Francisco Tojal, aujourd’hui toujours habitée par ses descendants. Cette deuxième entrée est accessible par la Travessa do Pereira, entre les numéros 26 et 30.

Ces entrées sont proches de deux arrêts du célèbre tramway 28, l’arrêt “Graça” et l’arrêt “Rua da Graça”.

 

Restons caché

L’accès à la Vila Berta resta privé dans un premier temps. La rue intérieure du village était alors fermée à chaque extrémité par des portes, de façon à empêcher un contact direct avec les rues du quartier.  Puis en 1940, la rue fut intégrée dans l’espace public.

 

La Vila Berta aujourd’hui

Après plus d’un siècle d’existence, la Vila Berta conserve son design original et sa tranquillité. Les habitants tiennent à conserver l’authenticité du village, et décorent toujours leurs terrasses de plantes et de fleurs.

En 2016 des travaux de réhabilitation ont été entrepris. Les façades ont été repeintes et les éclairages ont été renouvelés. Les fils électriques qui osaient encore se montrer sont aujourd’hui bien cachés  🙂 . La restauration des panneaux d’azulejos est également à prévoir.

 

Une reconnaissance bien méritée

La Vila Berta a été classée bien d’intérêt public en 1996.

 

Depuis 2010, le festival de la Saint Antoine (Arraial de Santo António) y est à nouveau organisé lors des fêtes des Saints Populaires à Lisbonne. Les drapeaux colorés, les danses, les pots de basilic et bien sûr les délicieuses sardines grillées font toujours partie de la fête. 🙂

Cette tradition a été à nouveau mise en place en 2010, lors du centenaire de la première Arraial da Vila Berta.

fêtes de lisbonne

Photo Daniel Rocha

Lisbonne comptait autrefois plus de 300 villages d’ouvriers appelés “Vilas”, volontairement bien cachés et à l’abri des regards. Beaucoup de ces “petits quartiers” n’existent plus ou sont vraiment très dégradés.

La Vila Berta, récemment réhabilitée, a gardé quant à elle son architecturale remarquable et ses balcons en fer forgé qui la différencient des autres villages. Un petit quartier dans un quartier à ne pas manquer. 🙂

 

A noter

La construction des villages d’ouvriers (“Vilas Operárias”) à Lisbonne a été interdite par règlement municipal en 1930.

Le monastère Saint Vincent de Fora, situé à proximité de la Vila Berta, mérite également une petite visite.