Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Construit à partir de 1732, l’Aqueduc de Lisbonne (“Aqueduto das Águas Livres”) a une particularité. Il possède la plus grande arche ogive en pierre du monde, d’une hauteur de 65m (distance entre les piliers de 29m). Cette arche se situe dans le tronçon composé d’une volée de 35 arches franchissant la vallée de l’Alcantara.

La longueur totale du réseau de collecte et de distribution atteint 58 km. L’aqueduc a résisté au tremblement de terre de 1755 et a fonctionné jusqu’en 1968.

L’aqueduc est certes connu pour ses caractéristiques, mais pas seulement…

 

Un assassin qui devint célèbre

Un tueur en série nommé Diogo Alves, connu pour être l’assassin de l’aqueduc des Águas Livres de 1836 à 1839, simula le suicide de ses victimes en les jetant du haut des arcs après les avoir volées (76 victimes en un seul été de 1837, on peut en effet parler de série). Il fut le dernier condamné à mort du Portugal.

Si ses crimes devinrent le sujet d’un des premiers films muets réalisés au Portugal, Diogo Alves (surnommé Pancadas) fait encore aujourd’hui parler de lui. Sa tête, conservée dans du formol et visible au Théâtre anatomique de la faculté de médecine de Lisbonne, fait grise mine mais a pris des allures sereines.