Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Boire une ginja à Lisbonne

boire une ginja à lisbonneLa boisson typique de Lisbonne

La ginjinha est une douce liqueur de ginja (liqueur sucrée à base de cerises griottes) se déguste principalement à l’apéritif. Chaque bar de la capitale en propose, mais les établissements appelés “Ginjinhas” en font leur exclusivité. La ginja y coule à flots.

Ne soyez pas étonné si l’on vous demande “com elas” (avec elles) ou “sem elas” (sans elles), ce qui veut dire en clair : avec ou sans cerises au fond du verre ?

Mieux que dans un verre, la liqueur de ginja est parfois servie dans un petit gobelet en chocolat (notamment à Obidos), ce qui en fait une superbe association pour le palais. Tout simplement succulent. On en reprend volontiers, mais n’en abusez pas car c’est assez alcoolisé.

La ginjinha est faite à base de cerises griottes fermentées dans l’eau de vie, de sucre, d’eau et de cannelle. Maintenant, dégustons.

 

Boire une ginja près du berceau du Fado à Lisbonne

gonja et fado à lisbonne

Os amigos da Severa : Ce petit bistro se trouve dans le quartier “Mouraria” à proximité du Largo da Severa où vécut Maria Severa, la première fadiste de Lisbonne, celle qui bien avant Amalia Rodrigues, a marqué l’histoire du Fado.

Dans ce petit bar sans âge tenu par M. Antonio, on ne fait pas de chichis. La ginja y est servie dans un verre en plastique. Son goût est plutôt doux, adapté aux préférences des nombreux habitués du quartier, et son prix est probablement le moins cher de tout Lisbonne, soit 1 Euro tout rond.

Aux heures où les habitués s’y attardent, il n’est pas rare qu’un d’entre eux, après s’être chauffé la voix avec quelques ginjas, se mette à chanter un fado à la volée, une sorte de “fado vadio” (fado improvisé et chanté à la volée), ouvrant ainsi son âme et exorcisant ses émotions par le biais de la chanson, et ceci pour le plus grand plaisir des clients.

Et ne comptez surtout pas sur M. Antonio pour entraver ces initiatives, car il est lui-même un grand amateur de Fado. Et ce ne sont pas les nombreuses photos et affiches tapissant les murs de son petit bistro, qui le démentiront. – Rua do Capelão, 32 – Lisbonne.

 

Où boire une ginja à Lisbonne ?

Voici de véritables institutions locales, toutes situées dans le Rossio :

 

A Ginginha : le premier bar (1840) à commercialiser la Ginginha “Espinheira” (nom du propriétaire créateur) – Largo de São Domingos, n°8 – Lisbonne.

Ginginha Rubi : décor de magnifiques panneaux d’azulejos représentant la récolte des cerises – Rua de Barros Queiros, n°29 – Lisbonne.

Ginjinha Sem Rival : outre la liqueur de Ginja, ils y servent aussi la célèbre liqueur Edouardino, hommage à un clown du Colisée – Rua das Portas de Santo Antão, n° 7 – Lisbonne.

Ginjinha Popular : depuis 1971, date à laquelle le bar a cessé sa propre production, la ginginha commercialisée est celle de son proche voisin… – Rua das Portas de Santo Antão, n° 61 – Lisbonne.

 

Vous remarquerez que certaines enseignes écrivent “Ginginha” avec un “g”. Peut-être une façon de se démarquer. 🙂

 

A noter

La Ginja est également très appréciée à Obidos et à Alcobaça.